Sucre : un poison à l’origine de nombreux problèmes de santé

Bonjour,

A l’aube du XXème siècle, la consommation moyenne de sucre s’élevait à 1 kg par an et par français. En 2015, cette donnée était portée à 35 kg [1]. Le sucre blanc n’est autre chose qu’un sucre raffiné, c’est-à-dire industrialisé. Or, comme vous le savez désormais, tout aliment industrialisé est inadapté au corps humain.

Appauvris en nutriments, les aliments raffinés sont un obstacle prépondérant à la vie. En effet, la digestion requiert des catalyseurs, que sont les nutriments, afin de réaliser l’ensemble des réactions biochimiques nécessaires au fonctionnement du corps. En cas d’absence dans l’alimentation, ils sont directement prélevés dans l’organisme. Ceci a pour conséquence d’amoindrir, très rapidement, la réserve du corps en nutriments.

Médicalement parlant, le raffinage des aliments est une pure aberration car, étant dépourvus de tout intérêt nutritif (ou presque), ils se comportent comme des agents toxiques une fois ingérés. Le raffinage des aliments n’a, effectivement, qu’un seul intérêt : servir les industriels.

Enquête sur ce poison 2.0…

 

Des précisions s’imposent !

Tout d’abord, il est bon de distinguer les sucres naturels (parfaitement assimilables) des sucres artificiels (absolument anti-physiologiques). Parmi les sucres artificiels, le saccharose est le plus usité. Les enzymes rattachées à nos cellules sont coutumières de deux types de sucre : le galactose (dans le lait maternel) et le fructose (dans les fruits).

Le saccharose, d’origine industrielle, est un mélange de glucose et de fructose (donc un disaccharide) [2]. Il génère, dans le corps, une énergie purement factice. En effet, ce disaccharide ne peut pas absolument intégrer les cycles propres au métabolisme cellulaire. Autrement dit, il constitue un parfait corps étranger ne faisant qu’encombrer l’organisme et gêner l’ensemble des réactions biochimiques.

En outre, il faut ajouter que le saccharose perturbe les fonctions digestives puisqu’il les ralentit. De surcroit, en engendrant des spasmes, il bloque leur action. Très simplement, il est un pur obstacle à la physiologie humaine. Par conséquent, à terme, le corps se retrouve avec tout un tas de déficiences enzymatiques mais aussi avec des carences immunitaires profondes.

Contrairement à ce que l’on tente de faire croire aux masses, le saccharose est loin d’être naturel. Il est le résultat d’une production chimique impliquant l’oxyde de calcium (ou chaux vive) et des colles. Ce faux ami est pourtant vivement recommandé dans les publicités … alors qu’il faut l’éviter à tout prix !

 

Le saccharose, ce destructeur du pancréas et de l’estomac

Par définition, le saccharose contraint l’estomac à générer des sécrétions accrues, ce qui provoque rapidement des aigreurs – dues à l’hyperchlorhydrie -. Cette dernière, caractérisée par la présence d’une quantité excessive d’acide chlorhydrique dans la sécrétion gastrique [3], est nécessaire bien qu’inefficace. Puis, le pancréas doit gérer l’excès d’acide chlorhydrique … ce qui l’épuise et entraîne une atrophie (diminution de taille).

Tout métabolisme déficient engendre des carences. En effet, le corps se focalise sur la recherche de cette carence et néglige le reste. Ainsi, le système immunitaire s’affaiblit rapidement, ce qui laisse la place à des invasions bactériennes.

 

Affaiblissements progressifs de l’odorat et du foie

Comme vous l’avez assimilé, le saccharose ne satisfait nullement les besoins énergétiques du corps. De surcroit, il génère des effets secondaires catastrophiques.

Premièrement, il diminue l’olfaction. Deuxièmement, il transforme et endort les glandes salivaires … et est donc la cause des caries dentaires. Troisièmement, il épuise l’ensemble du système endocrinien (lié aux sécrétions hormonales) et notamment le foie, qui n’arrive plus à faire face aux agressions répétées. Quatrièmement, les niveaux de sécrétions biliaires en sont diminués.

Si vous placez un morceau de sucre au-dessus d’une flamme, vous observez immédiatement une caramélisation. En fait, c’est très exactement le même type de composé se formant au niveau des cellules du foie. Très simplement, ce dernier absorbe ce corps étranger mais il est tout à fait incapable de l’éliminer. Dans le temps, cela engendre une asphyxie du foie.

De tout cela en découle généralement la maladie dite « de surcharge » (ou thésaurismose). Il s’agit d’une « affection caractérisée par l’accumulation d’une substance étendue à tout un organe, à un ensemble tissulaire ou même à l’organisme entier » [4]. Peu à peu, les protéines de l’organisme se mettent à réagir avec les sucres, et particulièrement le saccharose, et entraînent la perte des fonctions vitales des enzymes.

 

Le saccharose, générateur de stérilités secondaires

Non seulement celui qui l’ingère est amoindri, mais il entraîne sa descendance dans sa chute. En effet, le saccharose joue un rôle majeur dans le phénomène de stérilité à long terme. Ceci est dû à l’asphyxie progressive des cellules germinales (à l’origine des cellules reproductrices) consécutif à un apport beaucoup trop important en carbone. Bien que le carbone soit une source de vie, il la menace s’il est présent en excès.

Ainsi, le saccharose est un véritable danger s’il est consommé régulièrement. Il est, parmi d’autres, à l’origine d’une intoxication lente et progressive du corps.

 

Retour à l’origine de l’obésité et du diabète

Depuis des lustres, le saccharose est soupçonné d’être à l’origine d’un nombre conséquent de maladies … dont le diabète et l’obésité. A cela, il est bon d’ajouter la maladie de surcharge, les insuffisances immunitaires, qui entraînent manifestement des problèmes ORL à répétition, mais aussi des problèmes de plus en plus répandus de stérilité (voir les arguments ci-dessus). Il est certain que la faible résistance des populations aux agressions infectieuses en découle pour une grande part.

Il est temps que les populations, quelles qu’elles soient, remplacent le sucre raffiné par des sucres naturels. Dans cette optique, la consommation journalière de deux fruits est parfaite. De même, l’usage du miel est sans danger. Ce dernier est un sucre assimilable et il ne fermente jamais. Deux cuillères à café de miel (impérativement de qualité BIO) peuvent également convenir.

Le saccharose est un véritable poison entravant le développement cellulaire et l’arrêtant même, du fait d’une véritable noyade induite par sa composition chimique. En effet, la grande proportion de car­bone génère une asphyxie au niveau des organes tels que le foie. Le saccharose est un facteur clé de l’obésité, surtout chez l’adolescent. En outre, il est à l’origine de perturbations définitives du développement du système endocrinien (hormonal et rétentions hydriques, cellulite, etc…). [5]

Le sucre raffiné induit aussi une fatigue cérébrale, puisque le cerveau n’est plus alimenté en glucose de manière normale. Les nombreuses variations de la glycémie génèrent des phases d’euphorie (tout de suite après la consommation de sucre) puis des phases d’atonie (effet boomerang). Il en résulte donc une difficulté croissante à garder l’attention et une baisse généralisée de la résistance à tous types de travaux (intellectuels et physiques). Enfin, il s’installe peu à peu une véritable toxicomanie, complètement catastrophique pour le futur des populations… et donc de l’Homme.

Cette toxicomanie est induite par des ajouts volontaires de saccharose un peu partout. On en retrouve ainsi dans les petits pots pour nourrissons, le pain, la charcuterie, l’alcool, les bonbons (gracieusement distribués à l’école), etc…

 

Saccharose et cancers, des liens intrigants

Savez-vous ce qu’il se passe, dans la bouche, lorsque l’on mange un morceau de sucre ? Savez-vous ce que l’on retrouve au niveau du palais ? C’est très simple : une complète explosion de la molécule de saccharose au sein même du liquide salivaire. Voilà d’où provient cette sensation de colle inhérente à l’ingestion de sucre raffiné. En effet, on est en présence d’un com­posant chimique à l’origine du goudron. [5]

Alors certes, un morceau de sucre ne causera pas votre la fin de votre vie. Par contre, sachez que les effets cumulatifs existent en biologie. Il est désormais utilisé à chaque repas, matin, midi et soir. Les consommateurs de sucre raffiné « bitument » progressivement leur tube digestif … à l’instar des fumeurs bitumant leur larynx, leurs cavités ORL et leurs alvéoles pulmonaires. Bien que différentes, les conséquences n’en demeurent pas moins dramatiques.

Rappelez-vous que le saccharose occupe une place de choix dans le cadre des cancers de l’œsophage et de l’estomac. Rajoutez à cela le tabagisme, et là vous pouvez additionner cancer ORL ou pulmonaire aux deux cancers du tube digestif précédemment cités.

 

Rien d’autre que du sucre complet bio !

Connaissez-vous la différence entre un sucre raffiné (donc blanchi) et un sucre complet (BIO de préférence) ? Le saccharose (ou sucre blanc) est issu de la canne à sucre ou de la betterave. A travers maintes transformations chimiques, on obtient ce produit ultra concentré mais aussi ultra nocif pour le corps. A l’inverse, le sucre complet est, quant à lui, un sucre de canne cristallisé ayant conservé une grande part de sa mélasse. De fait, il renferme enzymes, acides aminés et les nutriments essentiels au vivant. A titre de comparaison, il contient en moyenne 55 fois plus de minéraux que le saccharose, des dizaines de fois plus de fer, etc… Enfin, le sucre complet contient des vitamines du groupe B et E ainsi que du magnésium, ce qui n’est pas le cas du sucre raffiné [5].

 

Conclusion

L’ancienne alliance entre l’Homme et la Nature est indéniablement rompue et les déséquilibres générés par ces perturbations occupent désormais une place majeure sur la scène mondiale.

Éliminer le sucre ne va pas être chose aisée du fait d’une consommation de près de 35 kilos par an et par personne. Et, bien sûr, la tendance va vers toujours plus de sucre. Il faut pourtant se mettre un coup de pied aux fesses puisque le sucre raffiné est la cause d’un grand nombre de problèmes de santé. Surpoids voire obésité, caries, diabète, fatigue de l’après-midi, maux de tête, palpitations, vertiges, foie abimé : la liste est longue … n’est-ce pas ?

Que les populations changent une bonne fois pour toute leurs habitudes alimentaires ! Qu’elles se nourrissent enfin d’aliments BIO tels que des fruits, des légumes, du pain complet, des légumineuses, etc….  et qu’elles arrêtent avec ces aliments raffinés, blanchis et irradiés.

 

Merci à tous pour votre soutien et prenez soin de vous. A bientôt.

 

Copyright © 2017 Res Communis.
Toute utilisation ou reproduction, même partielle, du site et de son contenu est strictement interdite sans l’accord de Res Communis

 

Sources :

[1] Planétoscope, <https://www.planetoscope.com/sucre-cacao/471-consommation-de-sucre-en-france.html>, 2016
[2] Gilles Bourbonnais, Les disaccharides, <http://www2.cegep-ste-foy.qc.ca/profs/gbourbonnais/pascal/fya/chimcell/notesmolecules/glucides_2.htm>, 30 août 2016
[3] Dictionnaire médical de l’Académie de Médecine, <http://dictionnaire.academie-medecine.fr/?q=hyperchlorhydrie+>, version 2016-1
[4] Dictionnaire médical de l’Académie de Médecine, <http://dictionnaire.academie-medecine.fr/?q=th%C3%A9saurismose>, version 2016-1
[5] Dr Richard Daunis, Pourquoi faut-il ne plus consommer de sucre blanc ?, <http://dr-richard-daunis.chirurgiens-dentistes.fr/Pourquoi-faut-il-ne-plus-consommer-de-sucre-blanc-Article-16902.aspx>, 26 avril 2016

6 réactions au sujet de « Sucre : un poison à l’origine de nombreux problèmes de santé »

  1. Ping « Foie gras » humain : la nouvelle maladie de civilisation | Res Communis

  2. Ping « Foie gras » humain : la nouvelle maladie de civilisation… – Les moutons enragés

  3. Ping « Foie gras » humain : la nouvelle maladie de civilisation… – Le Monde...

  4. Ping Édulcorants intenses : ces substituts au sucre à éviter à tout prix | Res Communis

  5. MARANINCHI Réponse

    Merci, j’arrête les sucrettes dans mon café du matin. Demain matin, café nature.

    • Res Communis Auteur ArticleRéponse

      Bonjour,

      Excellente décision … vous ne vous en porterez que mieux.

      Bien à vous,

      Res Communis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *