Sel : mine d’or ou aberration nutritionnelle ?

Bonjour,

Dans les magasins alimentaires, nombreux sont ceux achetant du sel … enfin, si l’on peut encore appeler ça du sel. Autrefois une denrée rarissime, son usage s’est désormais uniformisé aux quatre coins du globe. Énormément d’éléments faux sont parsemés à droite et à gauche à son encontre. Par conséquent, les amalgames sont nombreux. Dans cet article, Res Communis fait le point à propos d’un enjeu alimentaire majeur et dont, une fois de plus, on ne dit rien.

 

Un bref aperçu du sel et de son histoire

Avant que le sel ne connaisse lui aussi l’ère industrielle, il était récolté à la main et de manière naturelle. De par son exceptionnelle rareté, il était autrefois surnommé l’or blanc. A juste titre, il était l’une des denrées les plus rares au monde. Chez les Celtes, on l’utilisait pour lutter efficacement contre les troubles physiques et mentaux graves, des brûlures conséquentes ainsi que des problèmes de santé plus ou moins courants.

Alors qu’est-ce qui a changé ? Tout, et notamment le contenu du sel en lui-même !

 

Le vrai vs le faux sel

Sur le marché, on distingue deux grands types de sel. D’un côté, on distingue le sel de mer raffiné et, de l’autre, le sel de mer naturel.

Le sel raffiné ne contient que deux minéraux. En effet, il s’agit des deux éléments chimiques suivants : le Sodium (Na) et le Chlore (Cl). A eux deux, ils constituent 99% du sel conventionnel. Les 1% restants sont des adjuvants, anti-agglomérants et composés fluorés voire iodés. Phosphate, aluminium et même fluors sont des composés chimiques toxiques que l’on retrouve dans les sels de table raffinés.

Le sel de mer naturel, donc non raffiné et pur, contient près de 90 sels minéraux essentiels. Non seulement il ne gêne en rien le fonctionnement de l’organisme, mais il peut même l’améliorer. En effet, il permet à tout liquide de traverser sans aucune difficulté les membranes du corps, les parois des vaisseaux sanguins et ne pas gêner le fonctionnement rénal. De manière un peu plus exhaustive, un sel naturel, se trouvant en magasins BIO, a la capacité de rétablir une pression osmotique et un équilibre hydro-électrique « normaux » dans le corps. Lorsque la concentration en NaCl (chlorure de sodium) augmente dans le sang, le liquide contenu dans les tissus voisins est attiré vers le sang nouvellement riche en sel. Par la suite, les cellules réabsorbent le liquide intracellulaire enrichi en sels minéraux.

 

Mécanismes d’absorption du sel

Lorsque les reins sont sains et fonctionnent parfaitement bien, ils n’ont aucun problème à éliminer les sels minéraux, contenus dans le sel naturel, à travers l’urée. En revanche, le sel raffiné (ou industrialisé) présente un réel risque pour le corps puisqu’il empêche le libre écoulement des liquides et sels minéraux à travers les membranes du corps. Ceci a pour effet de causer une stagnation de liquide dans les articulations, les ganglions lymphatiques et, bien sûr, dans les reins. Par conséquent, cela cause la déshydratation cellulaire en certains endroits du corps, et de la stagnation de liquide en d’autres endroits. Dans le temps, tout ceci engendre des problèmes de santé. Les déséquilibres hydro-électriques deviennent majeurs et, au bout d’un certain temps, le corps lâche prise. C’est à ce moment-là que les problèmes de santé majeurs interviennent.

Les dysfonctionnements métaboliques résultant d’une consommation de sel raffiné commencent à survenir, dans le corps, dès lors qu’une (ou des) carence(s) en oligo-éléments apparaissent. Peu à peu, les cellules perdent leur capacité à contrôler leurs ions. A terme, les conséquences se traduisent par des déséquilibres ioniques intra- et extra-cellulaires majeurs. Ces derniers sont souvent dramatiques pour le corps humain puisque les cellules peuvent littéralement éclater. De fait, cela peut alors engendrer des dommages conséquents au cerveau, des maladies dégénératives, des troubles neuronaux, des spasmes, etc…

 

Conclusion

Alors, quel(s) sel(s) choisir ? Premièrement, aucun sel ne devrait être acheté en dehors des magasins BIO. Deuxièmement, mieux vaut acheter du sel disposant d’un label de qualité, comme le label Nature&Progrès. Enfin, vous trouverez majoritairement deux sels de grande qualité en magasins. Il s’agit du sel gris de Guérande et le sel rose de l’Himalaya. Leur couleur, respectivement grise et rose, est naturelle et simplement due à une concentration en certains minéraux différente. A ce titre, la couleur grise du sel de Guérande est due à l’argile. La couleur rose du sel de l’Himalaya est, quant à elle, due à une forte teneur en fer.

Pour terminer cet article, il va sans dire que la posologie du sel naturel varie en fonction des besoins des organismes de chacun à des moments bien précis.

 

Prenez soin de vous. A bientôt.

 

Copyright © 2017 Res Communis.
Toute utilisation ou reproduction, même partielle, du site et de son contenu est strictement interdite sans l’accord de Res Communis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *