Mastication : une nécessité physiologique mise de côté

Bonjour,

En voyant le titre de l’article, vous pourriez vous demander : pourquoi donc parler de la mastication ? La réponse n’est pas plus compliquée que ceci : qui dit bonne mastication dit bonne digestion. Ce phénomène mécanique, consistant à broyer les aliments, est effectivement vital dans le cadre d’une digestion saine et efficace.

Redécouvrez, avec Res Communis, l’art de la mastication. Vous comprendrez alors pourquoi une bonne digestion implique de boire les aliments solides et de manger les liquides.

 

Au 21ème siècle, place au « gobage » des aliments

Énonçons clairement les faits : nous sommes désormais à une époque où les gens « gobent » littéralement leurs aliments. Le temps où les populations, quelles qu’elles soient, prenaient le temps de manger et de mastiquer les aliments est absolument révolu.

Res Communis a une petite question à vous poser. Combien de temps dure, en général, votre repas du midi, surtout lorsque vous travaillez ? 10 minutes, 15 minutes, au maximum 20 minutes ? Avec une pause-déjeuner d’environ une heure, il est désormais rare de voir des personnes prendre plus de 20 minutes pour prendre leur repas. Le problème est que 15 minutes pour manger un repas, c’est bien insuffisant !

 

Plus assez de temps pour déjeuner

Selon Le Figaro, les salariés ne consacrent plus que 22 minutes à leurs déjeuners, alors que plus d’une heure et demie au milieu des années 1990.

Stop ! Donc, si on fait un bref récapitulatif, on s’aperçoit que les gens ont, en moyenne, réduit leur temps de pause-déjeuner par 5. Il y a de quoi se poser tout un tas de questions, dont les suivantes :

1) Pourquoi prenait-on, autrefois, autant de temps pour déjeuner ?
2) 1h30 pour déjeuner, est-ce justifié ?
3) Est-ce normal, aujourd’hui, de prendre le repas de la mi-journée en moins de 25 minutes ?

Bref, il y a de quoi se poser bon nombre de questions. En effet, si l’on diminue le temps du repas de midi par 5 tous les 20 ans, en combien de temps mangerons-nous en 2035 ? Très probablement en moins de 5 minutes chrono !

L’évolution humaine est tellement régressive que c’est à peine si on continuera, dans 10 ou 15 ans, à prendre du temps pour manger. Ceci est, malheureusement, tout à envisageable.

Il est temps de réagir ! Il est temps de se réveiller et de se rendre compte qu’on nage en plein délire. On ne vit pas pour manger, tel qu’on essaie de vous le faire croire. Non, la réalité est que l’on mange pour vivre !

Les gens mettent de côté voire sacrifient, pour des raisons de stress, d’éloignement, etc… l’élément fondamental qui les maintient en vie. C’est vraiment navrant, non ?

 

Moins de temps pour mastiquer

Bon, un petit calcul simple s’impose. Il va de soi que si les gens prennent 5 fois moins de temps pour manger, alors ils mastiquent au minimum 5 fois moins. La corrélation entre temps pour manger et mastication est explicite. En effet, qui dit temps réduit dit stress accru, et tout un chacun sait probablement que le stress perturbe l’ensemble des mécanismes vitaux. Dans cette situation, que l’on connait tous, le but est alors de « gober » une grande quantité d’aliments en un laps de temps restreint.

A tout cela, certains pourraient arguer que si la pause-déjeuner était effectivement plus longue autrefois, les gens ne mettaient pas nécessairement 1h30 pour prendre leur repas.

Ce fait ne peut être démenti. Toutefois, il est bon de rappeler qu’aujourd’hui non plus les gens ne mettent généralement pas 22 minutes pour prendre leur repas.

 

La mode du « prêt à emporter »

« Sandwich ou plat préparé à l’avance, la réduction du temps de pause n’en a pas moins des effets pervers. Quand on mange vite, on n’a pas le temps de se sentir rassasié. La sensation de satiété n’intervient qu’au bout d’un quart d’heure environ. Et quand on mange devant son ordinateur, c’est pire : on ne fait même pas attention à ce qu’on avale. Résultat, on aura tendance à grignoter dans l’après-midi » (P. Serog, médecin du travail)

De nos jours, un repas vite avalé est un repas ne venant pas perturber la journée de travail. Mais, au-delà des effets pervers générés par ces pauses restreintes, comment comprendre les faits du point de vue de la nutrition et de la mastication ?

La quasi majorité des produits alimentaires de notre ère ne satisfont plus la fonction principale que les gens continuent à leur prêter : nourrir. Industrialisés au plus haut point, dépourvus de leurs qualités naturelles et complètement morts, les produits alimentaires modernes ne sont absolument plus des aliments nutritifs.

 

Pourquoi porter tant d’importance à la mastication ?

En matière de digestion, la bouche est au corps ce que la jauge d’essence est à la voiture. Plus vous mastiquerez les aliments consommés, et plus votre organisme saura exactement la quantité à ingérer pour ses propres besoins.

Mastiquer, c’est l’action de broyer les aliments avec ses dents afin d’en favoriser la déglutition et la digestion. Au fur et à mesure que vous mâchez, le corps analyse avec précision les éléments nutritifs contenus dans ce que vous mangez.

Tout au long d’un repas, l’organisme adapte ses sucs digestifs, notamment le suc gastrique, afin de digérer de la meilleure des manières. Mais cette adaptation, il ne peut la réaliser que s’il a les informations nécessaires pour le faire.

Lorsque l’on « gobe » ses aliments au lieu de les mâcher, il en résulte plusieurs phénomènes. Le premier est l’incapacité pour le corps de lire avec précision les éléments nutritifs contenus dans les aliments. Ensuite, il s’agit de l’impossibilité, pour le corps, de finement doser les quantités de sucs digestifs à produire. Puis, la déglutition (= fait d’avaler) est plus délicate, voire douloureuse en fonction des aliments ingérés. Enfin, moins la mastication est effectuée et plus le corps doit produire un effort conséquent pour disséquer les solides ingérés.

 

Conclusion

Mâchez, mâchez, mâchez … jusqu’à en boire vos aliments. Que cela puisse paraître ou non excessif, c’est pourtant ce vers quoi il faut tendre pour améliorer efficacement son potentiel digestif. Certes, cela prend beaucoup plus de temps que de gober, mais cela en vaut la peine. Par exemple, manger une pomme (calibre moyen type Reine des Reinettes) devrait prendre environ 15 minutes, contre 1 ou 2 minutes pour la plupart des gens. Autre exemple : une figue séchée devrait être mastiquée au moins 60 fois avant d’être avalée.

 

Prenez soin de vous. A bientôt.

 

Copyright © 2017 Res Communis.
Toute utilisation ou reproduction, même partielle, du site et de son contenu est strictement interdite sans l’accord de Res Communis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *