« Foie gras » humain : la nouvelle maladie de civilisation

Bonjour,

Aujourd’hui, notre article porte sur la maladie du foie gras non-alcoolique (ou NAFLD : Non-Alcoholic Fatty Liver Disease). Popularisée sous le nom de NASH (hépatite stéatosique non alcoolique), cette maladie du foie gras devient un enjeu de santé majeur. En effet, 1 français sur 10 semble déjà être concerné par la NASH … et ce n’est qu’un début [1].

Enquête sur une maladie témoignant d’une « alimentation », si l’on peut encore appeler ça ainsi, complètement anti-physiologique.

 

Différence entre la NAFLD et la NASH

Dans un premier temps, il convient de définir les deux termes que sont la NAFLD et la NASH. Ceci vous permettra de mieux vous repérer parmi ces deux maladies.

D’après la thèse de S. Lavigne pour la Faculté de médecine de Créteil [2], on peut définir le groupe des NAFLD (= Non Alcoholic Fatty Liver Disease) comme un très vaste ensemble d’hépatopathies (affections touchant le foie [3]) couvrant plusieurs stades évolutifs. Que ce soit de la stéatose (accumulation de lipides dans des cellules non adipeuses [4]) à la cirrhose constituée (bouleversement de l’architecture du foie par une fibrose entourant des nodules hépatocytaires [5]), en passant par la fibrose ou la NASH, la NAFLD couvre vraiment l’ensemble des maladies fréquentes liées au foie. D’ailleurs, cette dernière est très répandue en Occident puisqu’elle semble toucher 20 à 40% de la population.

Concernant la NASH, ou hépatite stéatosique non alcoolique, elle repose sur trois éléments fondamentaux. Elle regroupe ainsi :

  1. Des lésions histopathologique (étude microscopique des tissus) du foie faisant penser à une celles d’origine alcoolique.
  2. L’absence d’alcoolisme
  3. L’absence de toute autre cause d’affection chronique du foie [6]

 

LA cause entraînant l’apparition d’une NAFLD

D’après une étude scientifique réalisée publiée en avril 2016, il ressort indéniablement que cette maladie du foie gras humain (ou NAFLD) est surtout présente chez les personnes obèses et chez les inactifs [7]. Toutefois, l’obésité et l’inactivité vont souvent de pair. Il est donc logique de considérer que l’obésité est quasiment l’unique facteur générant une NAFLD.

Ainsi, la cause principale de la NAFLD est l’obésité. Ceci est d’ailleurs confirmé par l’étude en question puisqu’il est clairement dit que « la majorité des patients ayant une NAFLD sont en situation d’obésité, voire même d’obésité morbide, et sont accompagnés d’une résistance à l’insuline jouant un rôle central dans le syndrome métabolique ». [7]

Or, l’insuline est un « polypeptide hormonal sécrété par les cellules β des îlots de Langerhans du pancréas, indispensable à l’équilibre glucidique » [8]. Autrement dit, l’insuline est une substance produite par le corps afin de réguler le taux de sucre dans le sang.

De fait, si l’on se rappelle que les personnes atteintes d’une NAFLD sont quasiment toutes résistantes à l’insuline (ou insulinorésistants), on peut aisément en déduire la vraie cause sous-jacente de cette maladie.

En effet, toutes les variations de NAFLD sont exclusivement dues à une alimentation bien trop riches en sucres raffinés, ces derniers provoquant des pics glycémiques (brusques élévations du taux de sucre dans le sang) et demandant donc au pancréas un travail dantesque.

 

Le lien entre l’insulinorésistance et le foie gras humain (ou NAFLD)

Rappelez-vous : une NAFLD est, selon le stade, une maladie touchant plus ou moins sévèrement le foie. On l’appelle aussi, à juste titre, la maladie du foie gras humain d’origine non-alcoolique. Cependant, nous avons montré que la cause exclusive d’une NAFLD était due à une résistance du corps à l’insuline, qui est une substance sécrétée par le pancréas.

Alors là, vous avez peut-être un peu de mal à suivre. Ne vous inquiétez pas, nous allons vous expliquer le  lien entre insulinorésistance et foie gras.

Comme l’explique très bien un dossier consacré au sucre, « en cas de glycémie élevée (supérieure à 1 gramme de glucose par litre de sang), le pancréas produit l’insuline afin de rendre le sucre utilisable par les cellules : le sucre en surplus va être stocké dans le foie (en glycogène) ou transformé en graisses, et la glycémie va baisser ». [9]

Désormais, nous avons absolument tous les éléments permettant de comprendre pourquoi la réelle cause originelle d’une NAFLD est une consommation excessive en sucres raffinés associée à une résistance à l’insuline, et que l’une des conséquences en sera le foie gras.

En effet, qui dit résistance à l’insuline dit épuisement du pancréas. Or, lorsque le pancréas faiblit et que le corps devient insulinorésistant, tout un ensemble de problèmes se crée. Premièrement, la glycémie explose. Puis, dès que la « réserve » de glycogène dans le foie est définitivement saturée, dû à l’insulinorésistance, il se produit alors dans cet organe une lipogénèse (transformation du sucre en graisses) : c’est le début du foie gras [10]. Enfin, le sujet subit une importante prise de poids. Cette dernière est proportionnelle à l’état d’épuisement du pancréas et du foie. Cette énorme prise de poids, parfois  morbide, témoigne d’un parfait épuisement et endommagement du pancréas et du foie.

 

Conclusion

Ainsi, si l’on parle de plus en plus de la NASH seule, il ne faut pas oublier qu’elle ne représente que l’étape 2 d’une NAFLD. Toutefois, gardez en tête qu’elle accompagne la fibrose et la cirrhose non-alcooliques du foie. Au travers de cet article, vous avez désormais toutes les explications permettant de comprendre qu’une « alimentation » riche en sucres raffinés (ou industrialisés) est ultra néfaste du point de vue du pancréas et du foie. Elle peut, en effet, les détruire complètement et, par la même occasion, générer des cancers du pancréas et/ou du foie. Pour de plus amples informations sur le sucre, nous vous renvoyons vers notre article intitulé Sucre : un poison à l’origine de nombreux problèmes de santé.

 

Merci à tous pour votre soutien et prenez soin de vous. A bientôt.

 

Copyright © 2017 Res Communis.
Toute utilisation ou reproduction, même partielle, du site et de son contenu est strictement interdite sans l’accord de Res Communis.

 

Sources :

[1] Sud-Ouest, Santé : la Nash, maladie du « foie gras humain » en forte augmentation, <http://www.sudouest.fr/2017/03/10/sante-la-nash-maladie-du-foie-gras-humain-en-forte-augmentation-3266101-4696.php>, 10 mars 2017
[2] Sophie Lavigne, NAFLD : Facteurs de sévérité et fibrose portale dans la NASH, <http://doxa.u-pec.fr/theses/th0234021.pdf>, 12 octobre 2005
[3] Dictionnaire de l’Académie de Médecine, Hépatopathie, <http://dictionnaire.academie-medecine.fr/?q=h%C3%A9patopathie>, 2016
[4] Dictionnaire de l’Académie de Médecine, Stéatose, <http://dictionnaire.academie-medecine.fr/?q=st%C3%A9atose>, 2016
[5] Académie de Médecine (Dictionnaire), Cirrhose, <http://dictionnaire.academie-medecine.fr/?q=cirrhose+>, 2016
[6] Bibliothèque Médicale A.F. Lemanissier, Pr. Pierre Brissot, L’hépatite stéatosique non alcoolique (non alcoholic steato-hepatitis ou N.A.S.H.), <http://www.bmlweb.org/beaujon20005.html>, 8 janvier 2000
[7] J. Yu & S. Marsh, The Pathogenesis of Nonalcoholic Fatty Liver Disease: Interplay between Diet, Gut Microbiota, and Genetic Background, <https://www.hindawi.com/journals/grp/2016/2862173/>, 14 avril 2016
[8] Dictionnaire de l’Académie de Médecine, Insuline, <http://dictionnaire.academie-medecine.fr/?q=insuline>, 2016
[9] Wikipédia, Sucre (Section 8.1 Métabolisme du sucre), <https://fr.wikipedia.org/wiki/Sucre#M.C3.A9tabolisme_du_sucre>, 2017
[10] Faculté de Médecine Pierre & Marie Curie, Partie II – Régulation de la glycémie, Chapitre 7 – Mécanismes hypoglycémiants : la lipogénèse (Section 7.2 – La lipogénèse), <http://www.chups.jussieu.fr/polys/biochimie/REbioch/POLY.Chp.7.2.html>, 26 avril 2016

4 réactions au sujet de « « Foie gras » humain : la nouvelle maladie de civilisation »

  1. Putcrabey Réponse

    Bonjour, je suis malade du foie, due à une maladie auto-immune, et je ne suis ni diabétique, ni avec un problème de cholestérol, mes taux sont tout à fait normaux, pourtant j ai une cirrhose biliaire primitive. à lire votre article, je ne me reconnais pas dans ce discours, nous sommes très peu à avoir cette maladie si vous pouviez en parler pour faire avancer la recherche et faire avancer l intelligence de la population, car dès que je dis que je suis porteuse de la cbp, on m assimile de suite à une alcoolique ou une bouffeuse de gras, alors que je déteste ça. Merci

    • Res Communis Auteur ArticleRéponse

      Bonjour,

      Oui, effectivement, cette maladie est relativement rare et souvent incomprise. Toutefois, la Cholangite Biliaire Primitive (CBP), qui est le nouveau nom de la Cirrhose Biliaire Primitive, demeure une maladie chronique du foie. Au lieu que la destruction progressive se fasse entre le couple pancréas/foie, elle s’opère ici dans le cadre du couple vésicule biliaire/foie.

      Pour quelque maladie que ce soit, il s’agit toujours d’une faiblesse auto-immune. Concernant la CBP, le système immunitaire se trompe de cible et s’en prend aux cellules saines du foie mais aussi, progressivement, aux canaux biliaires. A force de laisser ces multiples lésions s’opérer, on assiste effectivement à une cirrhose hépatique et également, dans votre cas, biliaire.

      Le nom de Cholangite BP est, selon nous, beaucoup plus adapté que la Cirrhose BP car la cholangite se réfère à l’inflammation des voies biliaires. Elle est le résultat de plusieurs facteurs, pourtant connus.

      Pour un diagnostic complet et efficace, ainsi que des conseils ajustés à votre situation, nous vous conseillons de recourir à notre Bilan de Santé Personnalisé (BSP) ainsi qu’à notre e-book « De l’aliment au nutriment », tous deux disponibles dans notre boutique.

      Pour toute autre demande, merci de nous recontacter par mail via notre formulaire de contact.

      Bien à vous,

      Res Communis

  2. ok.jeux Réponse

    Bonjour,

    Il me semble (si je n’ai pas sauté de ligne) qu’une info importante manque dans cette analyse pour expliquer l’augmentation du « Foie Gras Humain ». La vente exponentielle des « statines », médicament contre le cholestérol, qui sont prescrites pour un oui ou un non et qui provoquent l’augmentation de la glycémie et, par la suite, une cirrhose. Un corps ayant pris ce type de médicaments a beaucoup de mal à s’en remettre.

    Bonne journée

    • Res Communis Auteur ArticleRéponse

      Bonjour,

      La question des statines est effectivement un problème, mais d’un autre genre que celui du foie gras humain.

      Il est tout à fait vrai que ce médicament est, comme beaucoup d’autres, le pur symbole d’une machine à sou dont les personnes malades en sont les victimes.

      Hautement néfaste pour l’organisme, ce médicament devrait être purement et simplement interdit à la vente. Ce sujet fera certainement l’objet d’un article sur notre site.

      Bien à vous,

      Res Communis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *